JEUX OLYMPIQUES ET PARALYMPIQUES

BULLETIN DES TRANSPORTS ET DE LA LOGISTIQUE – N° 3974 – 20 mai 2024

La technologie au service des transporteurs

Transporteurs et chargeurs peuvent à présent disposer de la plateforme collaborative « Joptimiz » destinée à faciliter les livraisons dans les zones concernées par les événements. Tour d’horizon des différents outils proposés. À moins de 100 jours du début des Jeux olympiques et paralympiques (JOP) de Paris, la plateforme numérique « Joptimiz » devient enfin accessible aux professionnels du transport et de la logistique. Fruit du dialogue entre 36 fédérations professionnelles concernées par la logistique urbaine (transport, logistique, hôtellerie et restauration, distribution, BTP et santé), sous l’impulsion de la Direction générale des infrastructures des transports et des mobilités, la Préfecture de Police de Paris et les collectivités, cette plateforme a été conçue dans le cadre de la mission Logistique urbaine du quotidien pendant les JOP du programme Interlud+ du ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires. Une vingtaine d’entreprises pilotes (transporteurs, grossistes, artisans, etc.), parmi lesquelles figure Samada (Monoprix), ont permis d’en affiner les modalités.

Une plateforme, 4 outils distincts

Accessible depuis le 26 avril à l’adresse www.joptimiz.green, la plateforme propose d’emblée deux premiers modules (et deux autres à partir de la mi-mai). L’occasion, déjà, pour les professionnels de connaître avec Visualiz les zones bleues (zones interdisant le transit), rouges (accès soumis à condition) et les voies réservées (aux athlètes et organisateurs) grâce à une carte interactive couvrant l’Île-de-France au numéro de rue près. De quoi anticiper les futurs points de livraison possiblement délicats pendant la période des JOP. Les cartes sont téléchargeables de manière à pouvoir les intégrer dans les outils de planification et d’anticiper les éventuels points de friction. Pour faciliter la circulation des véhicules, il est d’ores et déjà possible de les enregistrer dans le module CirQliz. Celui-ci génère un QR code, disponible en format numérique (ou à imprimer et coller derrière le pare-brise), afin de faciliter les contrôles des forces de l’ordre. Ces dernières seront équipées de douchettes capables de scanner le QR code en 3 secondes. Si le code n’est pas obligatoire pour les livraisons effectuées dans les zones bleues, son utilisation est toutefois recommandée pour éviter des contrôles plus longs. Les entreprises devront déclarer leurs jours de livraison à l’avance sur la plateforme. Le QR code est en revanche obligatoire en zone rouge, avec une mention précise du véhicule et du chauffeur, pour éviter les usurpations d’identité ou de véhicules. Accessible mi-mai, l’outil Itineriz va permettre aux transporteurs de calculer le meilleur itinéraire en fonction des interdictions et restrictions du moment. Les entreprises pourront gérer leurs itinéraires sur la plateforme, en détaillant la composition de leur flotte, avec un téléchargement des données pour un export vers Google Maps ou Waze. Enfin, un dernier outil, Numériz, va servir de « disque numérique » pour gérer les arrêts sur les aires de livraison en zone bleue (limités à 30 minutes). À condition que les livreurs jouent le jeu en utilisant l’application, Numériz permettra de donner une visualisation en temps réel des emplacements disponibles. Son usage sera obligatoire pour certaines zones, notamment dans le périmètre de la Concorde et du Champ-de-Mars. Pour aider transporteurs et chargeurs à utiliser ces applications, une quinzaine de séminaires en ligne sont prévus sur la plateforme du 7 mai au 15 juillet.

Samada va décaler ses livraisons

« Le groupe Monoprix-Samada dispose d’un magasin situé en zone rouge à Saint-Denis et d’une vingtaine en zone bleue, sachant qu’une centaine de commerces au total seront aussi concernés par des restrictions de circulation liées à des événements sur route, type marathon ou courses cyclistes, indique Cédric de Barbeyrac, directeur Transport Samada (Monoprix – membre de la Fédération du Commerce et de la Distribution). Pour ces commerces, nous serons obligés d’avoir des schémas de livraison différents pour éviter les risques de rupture, avec des livraisons dont l’horaire sera devancé afin d’éviter à nos véhicules de se retrouver coincés. » Pour tenter de minimiser ses transports pendant les JOP, notamment pour les livraisons à domicile, le distributeur va s’appuyer sur son réseau de magasins. «Nos livraisons des derniers kilomètres et derniers mètres sont déjà effectuées en grande partie à pied ou à vélo-cargo, mais nous veillerons à fermer certains créneaux lors de la prise de commandes », détaille Cédric de Barbeyrac. Même si les vélos-cargos seront autorisés en zones bleues et rouges, leur circulation risque d’être compliquée sur les pistes cyclables compte tenu de la foule attendue.

●ERRATUM

• Nous vous avons présenté dans le BTL 3973 du 13 mai 2024 (L’ESSENTIEL), le nouveau règlement en matière d’import/export/transit des déchets. Celui-ci n’entrera pas en vigueur le 21 mai 2024,
comme annoncé, mais le 21 mai 2026.

• Nous avons également exposé dans notre tableau des limitations d’indemnités dans les différents modes de transport des montants non encore en vigueur mais qui le seront prochainement, à savoir
ceux prévus par le contrat type citernes. L’indemnisation est encore de 3 euros par kilo (bientôt 4 euros) pour un maximum de 55 000 euros par envoi (bientôt 82 000 euros). Nous y avons également indiqué la mention spécifique aux UTI qui fera prochainement son apparition dans le contrat type citerne, prévoyant un plafond de 25 000 euros. Ce plafond n’est pas encore en vigueur.

• Les informations relatives au prix du carburant ont été indiquées comme étant celles de février. Les montants indiqués sont bien ceux d’avril 2024. Nous vous prions de nous excuser pour ces anomalies.

 

De – Grégoire Hamon

Abonnez-vous à notre newsletter !